© 2006 Aude & Benoît. All rights reserved.

Philosophie bouddhiste

Nous apprenons qu’un cours d’introduction à la philosophie bouddhiste se déroule tous les matins à la Bibliothèque et centre des archives tibétaines. La traductrice du lama qui dispense l’enseignement est très réputée (elle est venue d’Oxford dans les années 1970 et est restée depuis. Elle est spécialiste de la traduction des textes sacrés). Nous mettons du temps à localiser la bibliothèque, qui se trouve en fait près du parlement tibétain en exil. Le cours a lieu à l’étage, dans une grande salle. Tout le monde est assis par terre, il y a des coussins. Il est fréquenté par une majorité d’occidentaux plus ou moins impliqués dans le bouddhisme, mais également par des asiatiques, des moines et des nonnes (ce qui est la garantie d’une certaine qualité). L’enseignement du lama (assez âgé) consiste en un commentaire d’un texte du sage indien Aryadeva (Yogic Deeds of Boddhisattvas) sur les notions de souffrance et de plaisir. Le commentaire durera des mois. Nous arrivons pour le début du deuxième chapitre. La traduction est très claire, il semble y avoir une grande complicité entre le lama et la traductrice. L’enseignement est à l’image du texte : progressif, répétitif, sur le mode de la spirale. C’est passionnant. En début de cours, tout le monde entonne des chants de dévotion. Nous nous procurons au rez-de-chaussée le livret Daily Recitations (très utiles transcription phonétique et traduction). Le lundi matin est dédié à la méditation : approche théorique avant la pratique, c’est ce que nous attendions. Dommage que nous ne restions pas plus longtemps. Les cours ont lieu tous les jours de la semaine, relâche le week-end. Nous y allons à chaque fois que possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée sur le site.
Champs obligatoires:*

*

six + 8 =