Qui sommes-nous?

Nous allons tous les deux sur nos trente ans et sommes passionnés de voyages. Nous essayons, dans la mesure du possible, dans les pays et villes visités, de vivre comme les locaux, prendre les transports en commun, manger où ils mangent, boire un coup en regardant les gens passer et vivre. Nous aimons visiter les sites historiques ou artistiques, mais nous apprécions également de flâner dans une ville ou un village pour s’en imprégner vraiment, pour s’y fondre.

Notre plus grand dépaysement jusqu’à présent a été l’Inde, dont nous avons visité une partie de la pointe sud et de la pointe nord en 2003 et 2006. Ce pays nous attire parce qu’il a donné naissance à quelqu’un comme Gandhi, qui a su faire passer le bien être de tous avant le sien et parce qu’il connaît toujours à ce jour des activités spirituelles et caritatives telles que celles qui se déroulent dans de nombreux ashrams du pays. C’est également un pays multiple, où cohabitent différentes traditions, peuples, langues, religions, classes sociales – pour ne pas dire castes –, paysages et climats.

Le touriste y est confronté à la misère la plus totale et aux contrastes les plus rudes. Il est aussi confronté à la foule, aux animaux, maigres et plus ou moins estropiés, dans les rues, à la circulation chaotique, à la chaleur, à la nourriture souvent étonnante, aux arnaques, à la maladie – la sienne, qu’il soignera avec ses médicaments, et celle des autres, qui n’est pas toujours soignée… Tout cela relève du cliché et, donc, d’une certaine réalité. Le voyageur devra accepter tout cela et faire siennes toutes les facettes de l’Inde, même les plus contradictoires et les plus révoltantes. A son contact, il devient lui-même une mosaïque. Le maître-mot étant : lâcher prise.

Aude, 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée sur le site.
Champs obligatoires:*

*

douze + 17 =