Auckland

Première étape de notre découverte de la Nouvelle-Zélande : Auckland. Le temps est variable. A l’ombre, il ne fait pas très chaud, d’autant qu’il souffle un vent à décorner les boeufs. On reste deux nuits dans le camping où on est arrivés pour pouvoir aller visiter le centre ville. Le souci, c’est que le centre est à plus d’une heure de bus. Mais bon, on finit par y arriver. Ce n’est pas très grand et ça se visite assez vite. Il y a une ou deux petites rues un peu sympa (Aude trouve que ça ressemble à Melbourne mais en moins bien) mais sinon le reste est assez quelconque. On a une belle vue depuis le port. Et le parc près de l’université est très agréable (une belle introduction aux grands arbres tropicaux et une occasion pour Samuel de jouer dans l’herbe). Si on avait plus de temps, il faudrait aller explorer les îles alentours et avoir une vue de la ville de l’extérieur. C’est très vallonné, et on voit que le relief est volcanique. La ville est entourée de collines verdoyantes.

Mais le pays est grand, mine de rien, et on préfère se concentrer sur le côté nature plutôt que sur la ville (et, d’après le Lonely Planet, Wellington à l’air bien plus sympa), donc on n’approfondit pas. On essaie quand même d’aller au Auckland Museum, où il est sensé y avoir de beaux artefacts maori, mais on s’y prend un peu tard et on arrive dans le coin peu avant la fermeture… On décide donc de se promener dans le quartier. Après une pause goûter (carrot cake, gâteau au chocolat et chai), on repart prendre notre bus. En passant, on remarque un magasin de jouets qui ne fait qu’une marque allemande qu’on aime bien. On se disait justement qu’il faudrait renouveler les activités de Samuel. On entre et là, on se fait accueillir par Graham et Lisa (lui, Kiwi pur jus avec un accent à couper au couteau et elle d’origine russe, mélange des deux d’accents). Super sympa. Le genre de gens qui vous laissent leur carte au cas où… c’est d’ailleurs ce qu’ils ont fait. On discute un petit moment et on repart avec exactement ce qu’on cherchait. Bref, on n’aura pas vu le musée, mais on aura passé un bon moment !

Voilà notre expérience d’Auckland ! En tout cas, on voit bien à quel point la Nouvelle-Zélande est un pays multi-culturel composé (sans qu’il y ait vraiment de dominante apparente) de descendants des britanniques, de Maoris, d’Asiatiques et d’immigrés d’îles du Pacifique.

Samuel s’est calé sur l’heure locale sans difficulté, mais il nous refait comme à New York : aucun problème le premier jour, puis deux jours plus difficiles où il se réveille dans la nuit à l’ancienne heure (donc vers 4h du mat’), puis tout rentre dans l’ordre.

One Comment

  1. Vannière

    Hello, je viens de passer un quart d’heure à mater vos magnifiques photos avec Toussaint, et ça donne envie ! Quant à votre petit gars, ma foi, il a l’air de se régaler et de bien se marrer ! En tout cas, il nous a bien fait rire avec sa bouille de tour-du-mondiste en herbe.
    On vous passe le grand bonjour de Marseille, où il fait super chaud, de la Lucarne (qui chauffe aussi), et du quartier (votre bagnole n’a pas bougé : apparemment, personne n’en a encore voulu !). Grosses bises et à bientôt, pour la suite des aventures.
    Antoine