John Wayne (encore lui !) en pays Navajo

Encore la route de nuit. On ne voit rien au-delà du bas-côté, mais arrivés vers Monument Valley, on distingue des formes monolithiques dans l’obscurité. C’est très étrange comme approche, assez fantomatique. Il nous tarde de découvrir ça en plein jour. Il y a aussi des vaches en liberté sur le bas-côté. Vu le type de végétation, on s’attendrait plutôt à rencontrer des moutons et des chèvres. On mange sur le pouce (vive les stations services, qui ont toujours un micro-ondes pour faire réchauffer les petits pots de Samuel) et on arrive à notre motel vers 21h. Comme d’habitude, Samuel a déjà commencé sa nuit en pyjama dans le siège auto. Le motel San Juan se trouve près de la rivière du même nom, dans un bled qui s’appelle Mexican Hat (à cause d’une formation rocheuse qui ressemble à une tête couverte d’un sombrero). Chambre très confortable (et parfaitement chauffée !!). On est crevés et on espère passer une bonne nuit. Ce fut le cas, sauf que Samuel s’est réveillé vers 5h, pour se finalement se rendormir, mais ça n’a pas été évident.

Avant de partir à la découverte de Monument Valley, on va voir les gorges de la San Juan (Gooseneck National Park), version miniature et accessible en voiture des gorges du Colorado. Superbe point de vue sur les méandres de la rivière qui creusent la roche depuis des millions d’années.

Près de là, il y a Valley of Gods, la Vallée des dieux, magnifique mise en bouche avant Monument. Une heure de balade en voiture sur une route de gravier au milieu de formations rocheuses aux formes diverses. Et toujours cette terre sablonneuse rouge.

Nous nous dirigeons ensuite vers Gouldings, aux portes de Monument, où se trouve notre hôtel pour le soir suivant, un restaurant, une station service et un supermarché. C’est là que descendait John Wayne et les équipes de tournage de fameux western. Wayne a joué dans quatre films qui ont été tournés dans Monument Valley dans les années 30-50.

La visite du parc se fait en voiture (genre « Réserve Africaine de Sigean ») : une boucle d’une heure et demie sur une piste pleine d’ornières avec divers points de vues au pied des roches. La lumière de milieu et fin d’après-midi est superbe. En plus, la météo avait annoncé de la pluie et il fait finalement un grand soleil. Seul bémol : un vent glacial… Mais on n’a même pas besoin de sortir de la voiture, il suffit d’ouvrir la vitre et d’admirer. On ne peut de toute façon pas s’aventurer seuls à pied dans le parc : des Navajo y vivent et l’accès est donc restreint. Le paysage est féérique. En plus, il n’y a quasi personne et on peut admirer ces « monuments » tranquillement.

On rentre à l’hôtel à la tombée de la nuit. On s’est fait un petit plaisir en réservant là : toutes les chambres de ce bâtiment bien intégré dans l’environnement ont une vue sur le désert et sont hyper confortables, avec balcon privatif pour admirer les alentours (bon, faut être réchauffé entre cette saison, mais c’est quand même chouette).