Lost Highway

Et c’est r’parti pour un tour. Direction les portes du Grand Canyon via Las Vegas. Samuel, qui est décidément exemplaire, s’est fait à la voiture et fait la sieste ou joue calmement pendant le trajet. On manque parfois d’organisation pour les repas (quand c’est l’heure théorique, on n’a pas forcément un endroit où faire réchauffer sa soupette à proximité…) mais il est adorable et accepte de patienter un peu, quitte à manger le dessert avant le plat de résistance.

Les distances en miles nous donnent l’impression que le trajet est interminable. De nuit, ça ressemble à un film de David Lynch, avec le marquage au sol qui défile sous les phares et le noir absolu autour. Hypnotique et pas très rassurant, d’autant que le marquage n’est pas toujours très visible…

L’arrivée sur Vegas est impressionnante : on est en haut d’une côte et en contrebas, on voit une mer de néons qui s’étend dans le désert. C’est comme si toutes les lumières étaient collées les unes aux autres. Ca et là, de grands bâtiments encore plus lumineux s’élèvent : les casinos.

Non, nous ne nous sommes même pas arrêtés pour jouer notre fortune ! La route était longue, on a préféré avancer…

On récupère la Route 66 à Kingman, où se trouve notre motel pour la nuit. Chambre super confortable pour un prix modique, et pas trop près de la voie ferrée où défilent des trains de marchandises interminables. On pense à Jack Kerouac, qui sautait d’un train à l’autre pour voyager à l’oeil d’est en ouest… Kingman : sa rue principale bordée de motels et de fast foods… fermés après 21h. L’enfer pour trouver à manger. Du coup, Benoit se rabat sur un paquet de chips et Aude est encore calée par le sandwich du midi (les portions sont tellement géantes qu’on se les partage). Un peu glauque, mais on est crevés et il ne nous tarde qu’une chose : aller nous coucher.

Samuel a commencé sa nuit vers 17h (on remarque qu’il est très sensible aux différences de luminosité : comme il fait nuit tôt, il s’endort tôt). Il se réveille quand même à l’arrivée dans la chambre et on le fait manger. Il se rendort aussitôt… On a peur qu’il se réveille à 4h du mat’ prêt à commencer sa journée, mais non : il dort jusqu’au matin (avec le décalage horaire entre la Californie et l’Arizona, ça nous fait même gagner une heure !).