Un coin de France

Dans le Parc National de Freycinet (prononcez « fré-zi-né »), sur la côte est, il a de petits villages où se sont installés des français (la côte a été explorée par les français à l’époque). Il y a même une petite boulangerie et il paraît que le maire est français. Mais l’intérêt principal du coin sont les plages magnifiques. Pour notre première nuit dans le coin, on atterrit dans un camping très touristique où on loue un bungalow super cher. Il n’y a pas grand chose d’autre aux alentours (et tout ferme à 19h) et Samuel en a marre, donc on s’arrête quand même. Le lendemain, on prend la route vers Swansea et sa jolie petite plage (fish and chips et crevettes pêchées localement), puis on prend la direction du parc national.

Premier arrêt à la Nine Mile Beach, qui n’est accessible pour le public qu’au bout des neuf miles : le reste sont des terrains privées où ont été construites des maisons (ça va de la cabane à la maison d’architecte) derrière la dune. On tourne avant le bout sur un terrain à vendre pour pouvoir accéder à la plage. Vue imprenable sur les Hazards, monts de granit. Bel endroit pour une retraite…

Nous poursuivons notre route jusqu’aux Friendly Beaches, superbe étendue de sable blanc si fin qu’il ne colle pas. Eau turquoise (mais glacée…). Promenade au grand air marin très agréable. Samuel n’arrête pas de vouloir marcher, et il adore observer les mouettes !


Sur le parking de la plage, on voit notre premier kangourou, suivi du second, du troisième… Ils ne sont pas farouches et trainent autour des voitures dans l’espoir de récupérer quelques miettes.

On passe la nuit dans le sympathique backpackers de Bicheno. Samuel se réveille aux aurores (il n’y a pas de rideaux opaques…). Il ne fait pas très beau, mais on en profite quand même pour aller voir les vagues se fracasser sur la roche et s’élever comme un geyser au Blow Hole. Impressionnant. Granit rose. Pour un peu, on se croirait à Ploumanac’h !

Nous reprenons la route pour Coles Bay où nous nous préparons à visiter la célèbre Wineglass Bay. Rando de quelques heures (et un dénivelé assez sympathique…) dans une forêt parsemée de gros rochers de granit rose patatoïdes. Dommage pour la météo, mais la vue est quand même spectaculaire. On décide de poursuivre jusqu’à la plage, qui est peuplée par des kangourous qui sont devenus domestiques (on peut les caresser etc.) à force d’être nourris (juste devant les panneaux préconisant de laisser les animaux sauvages tranquille…) par les touristes. Samuel est très intéressé et tout excité, c’est trop marrant.


On passe la nuit dans un bungalow plus tout jeune à Coles Bay.

Avant de repartir,  on passe par le Cap Tourville et son phare. Vue magnifique, sensation incomparable de l’immensité de l’océan.

2 Comments

  1. Noelamselle

    Mue de lapin des mers de Tasmanie ?
    Sandale de Kangourou transexuel ?
    Semelle d’Extraterrestre ?
    Voile de planche à voile miniature ?
    Couteau des antipodes ?
    Cadeau postmoderne du Père Noel ?
    Telles sont les innombrables questions qui nous assaillent dans nos contrées tellement trop tempérées… Avez-vous compris quelle photo est l’objet de ces innombrables questions qui nous assaillent dans nos contrées tellement trop tempérées ? Si oui, ce sont trois personnes qui pourront enfin dormir !
    XXXX Frédérique, Papa Sessel et Alain !

    • Aude & Benoit

      Oui, oui, on voit bien de quelle photo tu parles ! Même s’il nous a fallu lire ton commentaire deux fois avant de comprendre… C’est vrai qu’on a pas trop précisé ce que c’était que cette chose-là. C’est un « blue bottle jellyfish », autrement dit une méduse en forme de bouteille bleue, très urticante, qui s’agrippe aux jambes d’innocents baigneurs à l’aide de leur long fil. C’est donc un gros plan de cette bête-là échouée sur une plage… J’espère que votre curiosité sera satisfaite et que vous pourrez dormir en toute sérénité en ce soir de réveillon !!